Bernard PERRUT
Un député pour tous
Bernard PERRUT
Un député pour tous
Bernard PERRUT
Un député pour tous
Bernard PERRUT
Un député pour tous
Bernard Perrut : un député pour tous

La semaine dernière, le gouvernement a présenté un plan nommé « 1 jeune, 1 solution » afin d’accompagner les jeunes de 16-25 ans pour la sortie de crise liée au Covid-19. Ce plan, doté d’une enveloppe de 6,5 milliards d’euros pour la période 2020-2021, est destiné à faire face à l’arrivée d’environ 800 000 jeunes sur le marché du travail avec une rentrée qui s’annonce « compliquée » notamment en termes de recrutement. Ce plan, qui doit permettre de faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire, est axé sur trois priorités :

  • Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle ;
  • Orienter et former 200.000 jeunes vers les secteurs et métiers d’avenir ;
  • Accompagner 300.000 jeunes éloignés de l’emploi en construisant des parcours d’insertion sur mesure.

Les mesures :

è Pour faciliter l’entrée dans la vie professionnelle :

-          Accélérer l’embauche des jeunes :

  • L’Etat devra créer une compensation de charges de 4.000 euros pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021. Le Gouvernement attend notamment un impact de 450.000 contrats signés cette année grâce à cette mesure ;

-          Une prime pour favoriser l’apprentissage et les contrats de professionnalisation :

  • L’Etat créera une aide de 5.000 euros pour le recrutement d’apprentis de moins de 18 ans, ou alors de 8.000 euros pour ceux qui ont plus de 18 ans.
  • Concernant le recrutement d’alternants, l’aide sera de 5.000 euros pour les moins de 18 ans et 8.000 pour les plus âgés ;

-          Développer les missions d’utilité sociale :

  • Mise en place de 100.000 missions de service civique supplémentaires, en plus des 140.000 qui étaient programmées en 2020. Avec cette mesure, le Gouvernement attend 20.000 missions supplémentaires d’une durée moyenne de 8 mois pour cette année, puis 80.000 missions pour 2021 ;
  • Un soutien aux emplois associatifs qui visent les jeunes avec la création de 2.000 emplois FONJEP[1] supplémentaires (1.000 en 2021 et 2022) ;
  • Recrutement de 1.000 jeunes dans des TPE et PME sur des métiers centrés sur de « la transformation écologique des modèles économiques » et vers « la transmission des savoirs du numérique », notamment via une prime de 4.000 versée à l’entreprise qui accueille un jeune ;
  • Orientation de 2.500 jeunes vers des emplois dans le monde du sport dans le cadre de l’action de l’Agence Nationale du Sport (ANS). Avec cette mesure, le Gouvernement attend 1.000 emplois supplémentaires cette année (soit 6.000 emplois), puis 1.500 emplois en plus pour 2021 (soit 7.500 emplois).

è Pour orienter et former 200.000 jeunes vers les secteurs et les métiers d’avenir :

-          Des formations qualifiantes vers « les métiers d’avenir » via le Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) :

  • Proposition de 100.000 nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes aux jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur.

-          Des formations qualifiantes destinées aux secteurs du soin et de la santé :

  • Mise en place de nouveaux parcours de formation dans le secteur du soin pour « doubler les capacités de formations » des aides-soignants, infirmières et auxiliaires de vie dans les cinq prochaines années. Pour l’année 2021, le Gouvernement attend 6.000 infirmiers et 10.000 aides-soignants formés avec cette mesure.

-          Des formations numériques :

  • Un « Pass numérique vers l’emploi » qui permettrait aux jeunes d’acquérir les compétences du numérique attendus sur le marché du travail. Cela représente 5.000 formations en 2020 et 10.000 en 2021 ;
  • Des formations numériques pour les jeunes non-qualifiés avec la Grande Ecole du Numérique (GEN), notamment dans les quartiers prioritaires de la ville. A partir de 2021, 20.000 nouvelles formations de la GEN sont attendues.

-          Pour les décrocheurs entre 16 et 18 ans :

  • Des parcours individualisés pour 35.000 jeunes décrocheurs pour la période 2020-2021 notamment dans le but de construire un projet professionnel.

-          Des places supplémentaires pour les lycéens et les étudiants :

  • Formation et accompagnement des jeunes bacheliers exposés à la crise de l’emploi :
    • Accompagnement des néo-bacheliers vers l’enseignement supérieur et les formations paramédicales : 10.000 places supplémentaires dans les formations universitaires dans le Parcoursup pour la rentrée 2020 (4.000 en licence, 3.800 en paramédicales et 2.000 dans les formations courtes) ;
    • Dispositif campus connectés afin d’élargir les possibilités de poursuite d’études pour les jeunes éloignés de grandes métropoles.
  • Pour les BTS et les CAP :5.700 places supplémentaires pour les formations en BTS ; 3.600 places supplémentaires en année de spécialisation pour la période 2020-2021 ; 2.400 places supplémentaires pour les diplômés de niveau IV ou plus qui souhaitent se rediriger vers un secteur professionnel via un CAP en 1 an.
  • Un CAP en 3 ans pour les élèves en difficultés en fin de première année : cela concernerait 4.800 élèves, soit 8% des effectifs de première année de CAP.
  • Renouvèlement de l’ambition des cordées de la réussite en fusionnant les dispositifs et en doublant le nombre de bénéficiaire.

è Pour accompagner des jeunes éloignés de l’emploi en construisant 300.000 parcours d’insertion sur mesure :

-          Renforcement des dispositifs d’inclusion durable dans l’emploi :

  • Pour l’année 2021, 60.000 Parcours Emploi Compétences (PEC), en plus des 20.000 initialement programmés ;
  • 10.000 nouveaux « CIE jeunes » pour l’année 2020 et 50.000 pour 2021 ;
  • Pour 2021, 35.000 jeunes entrants en Insertion par l’Activité Economique (IAE), qui concerne « les personnes très éloignées de l’emploi ».

-          Augmentation des dispositifs d’accompagnement vers l’emploi :

  • Via le dispositif Garantie Jeunes qui devrait accompagner les jeunes en difficultés avec des conseils, des ateliers collectifs et le versement d’une allocation pendant 12 mois. Le Gouvernement espère 50.000 places supplémentaires en Garantie Jeunes (100.000 initialement programmées) pour 2021.
  • Via le dispositif PACEA avec des missions locales, en ciblant les jeunes de 16-25 ans. Pour 2021, 80.000 nouveaux parcours PACEA, alors que 340.000 étaient initialement programmés.

-          Accompagnement Intensif Jeunes (AIJ) mis en place par Pôle emploi doublé :

  • Doublement de ce dispositif au sein de Pôle emploi et le Gouvernement espère accompagner 70.000 jeunes en AIJ pour cette année, 140.000 pour l’année 2021.

De plus, le dispositif SESAME va bénéficier de 3.000 places, avec un accompagnement vers les métiers du sport et de l’animation. Pour la période 2020-2022, 3.000 nouveaux bénéficiaires SESAME sport sont attendus, soit 6.000 SESAME formés au total d’ici 2022, le double.


B_Perrut Financer la réforme du grand âge et de l’autonomie avec de nouveaux #impôts et prélèvements, pénalisant les… https://t.co/0kLCkjQ93Q
B_Perrut Avec émotion j’apprends le décès du Professeur Bernard Debré qui fut un de nos éminents collègues à la commission d… https://t.co/oWswwAihoP
B_Perrut RT @laurentwauquiez: L’histoire de Fourvière est une petite histoire de France. C'est une histoire chrétienne. Catholiques ou pas, croyants…
B_Perrut RT @AurelienPradie: Durant ces 2 journées au @rdvjeunesselr, la Jeunesse a été le visage de @lesRepublicains. Venus de toute la France, sol…
B_Perrut RT @AurelienPradie: Il paraît que c’était impossible. Et pourtant, grâce à vous, nous sommes plus d’un millier réunis pour cette seconde jo…

Bernard Perrut officiel © 2020

Conception réalisaton aj2l-informatique